Bitcoin et autres crypto-monnaies : faut-il vraiment miser dessus ?

Le bitcoin est un sujet en vogue, mais de quoi s’agit-il exactement ? Aujourd’hui, je vous propose un aperçu du sujet, vous saurez l’essentiel de ce que vous avez besoin de savoir sur le bitcoin et autres crypto-monnaies.

Bitcoin : invest or not invest ?

Le bitcoin est la plus emblématique des crypto-monnaies. © pixabay

 

Le Bitcoin, késako ?

Commençons par quelques rappels d’économie. Les monnaies peuvent être classées en trois groupes : les monnaies fiduciaires, les monnaies complémentaires et les monnaies numériques.

Les monnaies fiduciaires

Tout d’abord, les monnaies fiduciaires (Fiat Currency) sont des monnaies décrétées par l’Etat. Un Etat confie à une banque centrale la gestion d’un monopole monétaire sur une zone géographique. Ainsi, l’euro est un exemple de ce type de monnaie.

Les monnaies complémentaires

Les monnaies complémentaires, quant à elles, sont une forme de monnaie qui comprend les monnaies locales et monnaies sectorielles, et qui se veulent complémentaires aux monnaies officielles. Par exemple, le Wir en Suisse est une monnaie complémentaire, créée dans les années 30, pour promouvoir et soutenir les PME suisses.

Les crypto-monnaies

Enfin, les crypto-monnaies (Crypto-Currency en anglais) sont des monnaies électroniques pair à pair (ou peer-to-peer) et décentralisées, c’est-à-dire « fonctionnant grâce à ses utilisateurs, sans autorité centrale ou intermédiaire ». Le code source des crypto-monnaies se base sur les principes de la cryptographie pour valider les transactions et émettre la monnaie elle-même.

Les crypto-monnaies sont donc un sous-groupe des monnaies numériques et les bitcoins sont une crypto-monnaie parmi d’autres, comme le Dash ou encore l’Ether.

Vous suivez toujours ? Parfait, nous pouvons continuer !

 

Quelle fonction ont toutes ces cryptomonnaies ?

Il existe une centaine de crypto-monnaies, de plusieurs types, et qui peuvent se classifier en fonction de l’usage qui en est fait. Pour une classification un peu plus détaillée, je vous renvoie à l’excellent article de Cyril Fievet.

Les monnaies Infrastructures

Elles sont bien plus qu’un simple moyen de paiement et constituent davantage des plateformes où des méta-monnaies. On en dénombre une dizaine : elles s’inscrivent comme alternatives aux systèmes financiers actuels en étendant les principes inhérents des crypto-monnaies (décentralisation, sécurisation, consensus distribué…) à tous types d’applications : Diplôme, Cadastre, Smart Contract.

A terme, il est tout à fait possible d’imaginer la suppression des tiers de confiance, une des missions qu’ont les notaires et les avocats qui interviennent dans la certification d’un contrat entre deux parties.

Quelques exemples :

  • NXT
  • Ethereum
  • Bitshares
  • Ripple
  • Tether
  • NuBits/NuShares

 

Les monnaies sociales

Certains d’entre vous ont peut-être déjà utilisé Tiper ou Tipee pour récompenser le travail d’un youtuber où d’une chaîne YouTube ? Le Social Tipping (ou pourboire social) est un phénomène qui grandit de jour en jour. De la même façon que l’on peut donner de l’argent sur Tippe, il est possible de faire des dons de crypto-monnaies sociales.

Ces monnaies sont assez simples à comprendre et à utiliser (parfois avec seulement un smartphone) et il en existe une demi-douzaine :

  • Reddcoin
  • Sendcoin
  • Gemz
  • Neucoin
  • Dogecoin

 

Les monnaies anonymes

Contrairement à une idée répandue, le bitcoin est loin d’être anonyme, à la différence du Dashcoin (ou Dash). Il existe une dizaine de ces monnaies anonymes, dont les plus connues sont :

  • BitcoinDark
  • Shadow
  • Anoncoin
  • StealthCoin
  • Bytecoin, DarkNote, Monero ou d’autres (toutes basées sur CryptoNote)

 

Et concrètement, que peut-on faire avec des bitcoins ?

Le bitcoin n’est pas une monnaie quelconque. En effet, elle est aujourd’hui la crypto-monnaie de référence sur le marché des crypto-currency. Nous pouvons même dire qu’elle est au marché des crypto-monnaies, ce qu’est le dollar au Forex.

En quelques chiffres, le bitcoin comprend une capitalisation boursière de plus de 8 milliards de dollars en 2016. Il y a aujourd’hui plus de 15 millions de Bitcoins en circulation, soit déjà plus de la moitié des bitcoins qu’il devrait exister au maximum (21 millions à l’horizon 2140).

Le marché du bitcoin est un marché extrêmement fluide. Au total, plus de 3 millions de transactions en Bitcoin ont lieu chaque jour. A l’achat, un bitcoin varie : le 6 juin 2016, par exemple, il coûtait 513 euros.

Crypto-monnaie : capitalisation boursière

Crypto-monnaie : capitalisation boursière. © visualcapitalist

Plus de 100 000 entreprises acceptent aujourd’hui le bitcoin. Les plus connues d’entre elles sont Dell, Amazon ou encore Priceminister.

Néanmoins, la plupart du temps, ces entreprises ne portent pas le risque sur elles-mêmes mais préfèrent passer par une société intermédiaire comme CoinBase.

 

L’ubérisation des moyens de paiement électronique

Un autre point clé concerne l’ubérisation des moyens de paiement électronique.

Aujourd’hui, MasterCard et Visa dominent aujourd’hui le marché du paiement numérique, et la valeur des transactions journalières se chiffrent en dizaine de milliards de dollars. Dans le même temps, 289 Millions de Bitcoins sont échangés chaque jour ce qui est bien plus que sur Western Union. Ce système est donc très utilisé et son utilisation comme moyen de paiement pourrait être aisément envisagée.

Bitcoin : valeur des transactions par jour

Valeur des transactions par jour © visualcapitalist.com

 

Prenons l’exemple du paiement d’un déjeuner :

Pour un repas à 21 $ payé par carte bancaire, le vendeur est chargé à 3 % du prix de la transaction, ce qui lui rapporte 20,37 $ sur la transaction. De son côté, l’acheteur, lui, tient un compte bancaire qui lui coûte une dizaine d’euros par mois.

Ainsi, le même repas payé en Bitcoin revient à 0.06 BTC. Contrairement aux cartes de paiements, c’est l’acheteur qui est chargé à hauteur de 0.0001 % bitcoin comme charge pour payer l’intégrité de la transaction. Ainsi, les charges globales sur cette transaction s’élèvent à 0.3 %.

Bitcoin : système de paiement d'un déjeuner

L’exemple du paiement d’un déjeuner par bitcoin et par carte © DR

 

Le paiement par bitcoin est considéré comme 10 fois plus efficace que celui par carte. On peut donc aisément concevoir un système de paiement numérique, rentable, basé sur le bitcoin.

En outre, les transactions Bitcoin ont l’avantage de ne mettre qu’une dizaine de minutes pour être effectuées. Le système de paiement précédent pourrait donc être étendu aux transferts d’argents internationaux comme Western Union ou MoneyGramm. Mais ces transferts sont non seulement moins rapides mais aussi plus coûteux pour l’utilisateur que le transfert Bitcoin.

 

Le principal risque : la volatilité

Bitcoin : le risque de la volatilité

Le risque de volatilité du bitcoin. © DR

Le marché du bitcoin est un marché extrêmement volatile, et c’est le principal risque en ce qui le concerne. Il est par exemple passé de 0.3$ en 2011, à plus de 1 000 $ en 2013.

Sur le graphique, on peut suivre l’évolution du bitcoin ces cinq dernières années.

La volatilité n’est pas le seul risque, le Bitcoin ne présente pas que des avantages.

En réalité, la mauvaise image du bitcoin est la cause majeure de cette très forte volatilité. Et cette mauvaise image est liée au fait que le bitcoin a été impliqué dans des affaires de trafics de stupéfiants et de blanchiments d’argent. Mais faut-il punir la masse des utilisateurs pour les dérives de certains ?

 

Risques et avantages du bitcoin

Risques et avantages du bitcoin © DR

 

Comment diminuer le risque ?

Des entreprises se sont spécialisées dans la sécurisation de la Blockchain. C’est notamment le cas de Blockstream qui a récemment levé plusieurs millions de dollars grâce à sa technologie Side Chain.

La technologie Side Chain permet de vérifier la bonne réputation de chacun des intermédiaires lors d’une transaction. Elle se fixe en amont de la Blockchain et prévient l’utilisateur si sa contrepartie présente un risque.

La sidechain se fixe en amont de la blockchain

La sidechain se fixe en amont de la blockchain

 

Les bitcoins et les crypto-monnaies peuvent être un investissement intéressant pour qui cherche à diversifier son portefeuille. En outre, nos smartphones nous permettent aujourd’hui de payer sans contact.

La valeur d’une monnaie repose avant tout sur la confiance que lui accordent ses détenteurs.

Les crypto-monnaies pourraient donc jouer demain le rôle qu’avaient, hier, les monnaies complémentaires. Il ne serait alors pas rare de voir, au supermarché, des prix affichés, en Euros, en Bitcoin ou en Ripple…

 

  • A propos
  • Derniers articles

Yacine Aslimi

Consultant DataScientist à Business & Decision

Consultant DataScientist, j'ai travaillé sur la mesure de l'impact de la paramétricité des variables sur les modèles de Machine Learning.

Il n'existe pas de commentaire pour le moment.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*